Original paper

Spectres Raman des opales: aspect diagnostique et aide à la classification

Ostrooumov, Mikhail; Fritsch, Emmanuel; Lasnier, Bernard; Lefrant, Serge

European Journal of Mineralogy Volume 11 Number 5 (1999), p. 899 - 908

24 references

published: Sep 30, 1999
manuscript accepted: Mar 19, 1999
manuscript received: Oct 13, 1997

DOI: 10.1127/ejm/11/5/0899

BibTeX file

ArtNo. ESP147051105010, Price: 29.00 €

Download preview PDF Buy as PDF

Abstract

Résumé La spectrométrie Raman permet d'obtenir des données structurales utiles à la classification des opales. Cette méthode non destructive offre même plus d’information que la méthode de classification classique de Jones & Segnit (1971), fondée sur la diffraction des rayons X, car elle est sensible à l’ordre à courte distance et à l’hydrata- tion du matériau. On peut utiliser la position du maximum apparent de la bande Raman principale aux faibles nombres d’onde pour classer les opales en fonction de leur degré de cristallinité: les opales les plus amorphes (celles d’Australie dans notre étude) montrant un maximum au delà de 400 cm-1, les mieux cristallisées (celles du Mexique dans notre étude) vers 325 cm-1. Les opales du Brésil occupent une position intermédiaire entre les précédentes. Deux résultats préliminaires restent à vérifier sur un échantillonage englobant tous les types de gisement d'opales connus: la position des différentes bandes du spectre Raman semble être caractéristique de l’origine géographique de l’échantillon au sens large (à l’échelle de la province géologique), et aussi du type d’origine géologique (volcanique ou sédimentaire).

Keywords

opalespectroscopie Ramandiffraction des rayons XopalRaman spectroscopyX-ray diffraction