Original paper

Réponse à l’article „Keine molekularbiologischen Anzeichen für Unterarten beim Katzenfloh Ctenocephalides felis (Siphonaptera: Ctenocephalidae)“ par H Mehlhorn, J D’Haese, M Vobis & N Mencke: Entomol Gener 27: 295–301 (2005)

Beaucournu, Jean-Claude; Guiller, Annie

Entomologia Generalis Volume 28 Number 4 (2006), p. 311 - 315

18 references

published: May 1, 2006

DOI: 10.1127/entom.gen/28/2006/311

BibTeX file

ArtNo. ESP146002804008, Price: 9.90 €

Download preview PDF Buy as PDF

Résumé

L’article discuté ici tente de montrer l’absence de sous-espèces chez la puce du chat Ctenocephalides felis. Toutefois, ses conclusions ne sont pas recevables car, d’un point de vue entomologique, ce travail se base sur de nombreuses erreurs d’interprétation et les Auteurs n’ont pas pris connaissance de nombreux articles récents sur ce sujet. Actuellement, seul C f strongylus peut être regardé comme une forme géographique. Les conclusions fondées sur l’analyse moléculaire reposent sur une interprétation maladroite des données, données qui plus est sont peu informatives. Les Auteurs devraient fournir plus de détails quant au niveau de variation des séquences obtenues, et une révision globale, aussi bien des marqueurs génétiques utilisés, que de l’analyse proprement dite, s’impose.

Abstract

The present work intends to show the lack of subspecies status within the cat flea Ctenocephalides felis. However, the conclusion is unsubstantiated because, in an entomological point of view, the work is based on several misinterpretations and the authors fail to read the papers recently published on the subject. Actually, only C f strongylus can be regarded as a geographic form. Inference based on molecular approach relies on misinformation and suffers from the weakness of the data set. The authors should provide more details on sequence variation obtained and substantial revisions in the data analysis need to be achieved.

Keywords

puce du chat Ctenocephalides felisKatzenflohcat flea