Field trip guide

Natürliche Energiegewinnung im Unter-Elsaß (Frankreich): Erdöl, Erdwärme und Wasserkraftwerke am Rhein. (Exkursion A am 18. April 1995)

Sittler, Claude; Baumgärtner, Jörg; Gerard, André; Baria, Roy

Kurzfassung

Energiegewinnung war seit jeher ein Ziel des Menschen, von des Feuers Macht bis zur Atomspaltung. Dabei war es immer, und ist es auch heute noch, ein Bestreben, diese Energiequellen auf natürliche Weise zu gewinnen. Nachdem Kohle sich als ein besserer Energiespender als Holz erwiesen hatte, begannen aktive Schürfarbeiten und später auch Bohrungen nach diesem fossilen Energieträger. Die natürlichen ÖIvorkommen erweckten ein noch größeres Interesse, da die industrielle Entwicklung nicht nur ihre Ausbeutung erleichterte, sondern auch die vielfältige Verwendung des Öls anstrebte. Und gen au so war es auch im Elsaß. Zeitlich wurde Holz durch Kohle ersetzt und deshalb nach Kohlenflözen gebohrt (und dabei Kali entdeckt). Die Ölförderung, die ihren Höhepunkt am Anfang dieses Jahrhunderts erlebte, ist nun schon mehr oder weniger durch die Anwendungen der Erdwärme (Wärmepumpen im Grundwasser) abgelöst. Und letztlich sind die Dampfkraftwerke zur Stromerzeugung den Wasserkraftwerken des Rheins gewichen. Auf der Exkursion sollen die drei natürlichen Energiequellen - Erdöl, Geothermie und Wasserkraft am Rhein - vorgeführt werden.

Résumé

Ressources éenergétiques naturelles en Basse Alsace (France): le petroie, la geothermie et l'hydroélectricité du Rhin. Un apercu historique de l'exploitation petroliere de Pechelbronn par galeries de mines et par sondages, depuis le XVe siècle jusqu'à nos jours, met l'accent sur les techniques industrielles d'avant-garde élaborées ou testées dans ce bassin. L'origine, la migration et les dégradations des huiles sont dues aux conditions sédimentaires et tectoniques du Fosse rhenan depuis le Tertiaire. Les bilans de production sont plus intéressants à considérer dans le cadre de l'histoire géologique que pour les quantités d'huiles extraites. Avec trois petites concessions actuelles et 10000 t de production annuelle, on est loin du Texas alsacien du début du siècle. La relève dans les ressources énergetiques s'annonce par la géothermie en roches chaudes et sèches, mais ce principe HDR doit etre modifié dans le contexte régional de l'anomalie thermique de Soultz-sous-Forets, car des eaux de formation circulent dans ce granite et sont utilisées conjointement avec les eaux d'injection destinées à se rechauffer le long des réseaux de fissures naturelles et artificielles. Ce Projet-pilote est europeen par la participation de la Communauté européenne, de la France, de l'Allemagne, de la Grande Bretagne et tout récemment de la Societé Nationale d'Electricité Italienne. Après avoir stimulé et testé un premier forage profond de 3600 m (et qui a traversé le granite sur plus de 2200 m) avec un gradient de température variable (de 105°C/km à 5°C/km), avec un réseau de fractures jouant le rôle d'échangeur de température et avec des eaux de formation artésiennes (après stimulation ), c'est un deuxième forage profond en cours qui va être equipé, testé et relié hydrauliquement au premier forage. Cette installation-pilote d'une puissance thermique attendue de 20 à 30 MW n'a pas de but industriel, mais est un objet de recherche scientifique pour une production d'énergie électrique (environ 2 à 3 MW). L'amenagement hydroélectrique du Rhin, d'abord entrepris par la France depuis les années 1930, puis après la Seconde Guerre mondiale (Grand Canal d'Alsace), s'est poursuivi selon la convention franco-allemande de 1969, les nouveaux travaux d'amenagement et l'énergie produite étant cette fois-ci partagés par moitié entre les deux pays. Ainsi, après les grands travaux de rectification du cours du Rhin entre 1842 et 1876, quatre ouvrages hydroélectriques sont construits sur un canal latéral du Rhin de 150 m de largeur, en 1932 puis de 1952 à 1959. Ensuite, toujours en allant vers l'aval, quatre autres usines et eduses sont installées sur des sections de dérivation du Rhin, entre 1961 et 1 970, le cours du fleuve étant partiellement canalisé. Enfin, au Nord de Strasbourg, deux ouvrages franco-allemands de 1974 et 1978 se situent dans le lit même du Rhin, totalement canalisé. L'ouvrage de Gambsheim est décrit ici en détail. L'écoulement du Rhin a travers ces dix usines et barrages est automatiquement piloté par un calculateur répartiteur des débits selon les variations de niveau du Rhin. La puissance maximale de cette chaine d'usines est de 1, 5 millions de kW, la production annuelle est de 8 à 9 milliards de kWh. Le point commun à ces trois ressources énergétiques est l'eau qui fait la richesse de la plaine d'Alsace. Elle a conditionné l'aménagement du Rhin qui a profondé ment modifié les biotopes depuis 150 ans. Les migrations du pétrole dans leurs réservoirs actuels sont aussi dues aux circulations d'eaux souterraines dont les nombreuses sources thermales ne sont que des épiphénomènes. Enfin, le projet géothermique européen fait également appel a l'eau profonde comme fluide colporteur.

Keywords

production of energyalsacefrancepetroleumgeothermal energyhydro-electric power plantrhinefield trip guide