Original paper

A contribution to the revision of ombrotrophic and ombrominerotrophic medioeuropean mires communities

Thébaud, Gilles Pétel, Gilles

Abstract

101 syntaxa of unwooded ombrotrophic medioeuropean mires communities from different geographical origins were analysed. Some of them were recently described in French Massif central. This sampling, representative of various ecological conditions, has been treated by cluster analysis based on their "normal specific ensemble" (ensemble spécifique normal), without focussing on phytosociological characteristic species. An overall synoptic table attempt to classify these plant communities. Usual associations, as Sphagnetum magellanici or Eriophoro-Trichophoretum, appear to be rather heterogenous. Vegetation is segregated along moisture and nutrient gradients. Some widespread taxa with a narrow ecological niche appear to be valuable biological markers for the medioeuropean bogs. A synsystematic model is suggested, including two new suballiances into Sphagnion magellanici Kästner and Flößner 1933: the Sphagnenion magellanici and the more minerotrophic Polytricho communis-Eriophorenion vaginati. Nine associations (including subassociations and variants) were identified, instead of the 5 or 6 usualy accepted in this Alliance. They are connected to ecological conditions and autogenous development of the bogs, more than to chorologic characters. Among this Alliance, three new Associations are presented. Moreover, Sphagnetum magellanici is redefined in a more reduced way. The others syntaxa result fom previous ones which are here rehabilited, amended, typified and updated, according to the rules of phytosociological nomenclature.

French
101 syntaxons concernant les végétations tourbeuses ombrotrophes et ombrominérotrophes asylvatiques médioeuropéennes sont analysés et présentés dans un tableau synoptique global. L'echantillonnage est représentatif de conditions écologiques et d'origines géographiques variées, incluant notamment des groupements récemment décrits dans le Massif central français. Ils sont comparés au moyen d'analyses agglomératives et hiérarchiques (CAH) sur le plan de leur ensemble spécifique normal, sans privilégier la notion, classique en phytosociologie, d'espèce caractéristique. Nos résultats montrent une certaine hétérogénéité floristique au sein d'associations habituellement référentes comme le Sphagnetum magellanici et l'Eriophoro-Trichophoretum cespitosi. Ils confirment la prépondérance des gradients hydriques et de nutrition minérale dans la discrimination de ces végétations. Certains taxons cosmopolites et plutôt sténoeciques se distinguent comme de bons indicateurs biologiques pour les tourbiè-res européennes. Un modèle synthétique tenant compte d'un grand nombre de travaux antérieurs est proposé. Il distingue 2 sous-alliances au sein du Sphagnion magellanici, le sphagnenion magellanici et le Polytricho communis-Eriophorenion vaginati, ce dernier plus minérotrophe. Il identifie 9 associations (et de nombreuses sous-associations et variantes), au lieu des 5 ou 6 retenues par certains auteurs dans cette alliance. Ces unités sont plus liées à la variété des conditions écologiques et au développement autogène des hauts-marais qu'aux aspects chorologiques. Parmi celles-ci le Sphagnetum magellanici est redéfini de manière plus réduite. Trois nouvelles associations sont proposées. Les autres résultent d'associations déjà décrites qui sont ici réhabilitées, amendées, typifiées et actualisées sur le plan syntaxonomique en accord avec le code international de nomenclature.

Keywords

plant communitysyntaxabogssphagnion magellanici