Original paper

Regards sur la structure de l'Algerie septentrionale

Durand Delga, Michel

Résumé

Il serait téméraire, en ces quelques pages, de prétendre donner une synthèse, même temporaire, de la tectonique de l'Algérie septentrionale. Mon seul but, ici, est d'exposer les immenses progrès accomplis en ce domaine depuis une dizaine d'années. Un simple regard porté à la carte géologique au 500.000e de l'Algérie (1952) permet immédiatement de distinguer, au long du littoral, une série d'amygdales primaires, parmi lesquelles essentiellement la Grande et la Petite Kabylie. Ces massifs anciens comportent généralement, à leur marge méridionale, une couverture secondaire et tertiaire dont les calcaires du Lias forment l'ossature: aussi désigne-t-on cette zone du nom de «chaîne calcaire». Autour des massifs anciens et de leur chaîne bordière, on rencontre, dans une position structurale complexe, une épaisse série, surtout schisto-gréseuse, désignée sous le nom de «Flysch crétacé». L'Oligocène supérieur, lui aussi à faciès flysch, recouvre transgressivement les formations précédentes. Tout cet ensemble littoral, dont les éléments structuraux ont subi un déplacement plus ou moins intense vers le S, représente la «zone kabyle». Plus au S et structuralement au-dessous des unités précédentes s'étend la «zone tellienne», à matériel sédimentaire secondaire et tertiaire. Le Tell est recouvert de nappes de glissement venues du N: leur matériel, essentiellement schisteux et marneux, est emprunté au Crétacé, à l'Eocène, à l'Oligocène et au Burdigalien. Ces masses décollées, dont j'ai grossièrement indiqué le front d'avancée (fig. 1, tab. 25), arrivent à reposer au S sur l'autochtone à structure assez simple du domaine pré-saharien (Hautes Plaines et Atlas saharien). L'autochtone apparaît aussi plus au N en fenêtre, dans le Tell, grâce à des bombements dus à une tectonique tardive, probablement d'âge plio-quaternaire.