cover

Riclef Grolle:

The Hepaticae and Anthocerotae of the East African Islands

An annotated catalogue

1995. 178 pages, 3 figures, 14x22cm, 350 g
Language: English

(Bryophytorum Bibliotheca, Band 48)

ISBN 978-3-443-62020-2, paperback, price: 41.00 €

in stock and ready to ship

Order form

BibTeX file

Contents

Compte rendu: Candollea 53, 1998 top ↑

En bryogéographie la région des îles entre le continent africain et le sous-continent indien, à savoir Madagascar, les Mascareignes, les Comores et les Seychelles, est considérée comme une région riche en endémiques, tandis que l'Afrique et l'Inde tropicale en serait plutôt pauvre. L' Index Muscorum (Wijk & al. 1959-1969, 5 vol., Utrecht) la désigne comme "Afr.3", "Afr. 4" correspondant à l'Afrique australe et "Afr. 2" à l'Afrique tropicale. Riclef Grolle s'est donné la tâche d'élaborer un aperçu de de la flore hépaticologique avec une mise à jour de la nomenclature et de la taxonomie. Peu avant la publication des résultats de cet immense ouvrage, il a été approché par le groupe de travail "Bryologie tropicale" de la British Bryological Society pour collaborer à l'édition du catalogue des hépatiques de l'Afrique au sud du Sahara, dans le cadre de leur programme pour une flore bryologique africaine. Ces deux ouvrages élaborés sur le même modèle sont analysés ici dans l'ordre de leur parution. La majorité des espèces d'hépatiques connues des îles d'Afrique Orientale, énumérées dans le vol. 48 ont été décrites avant la première guerre mondiale. Toute la littérature accessible a été dépouillée pour trouver toutes les hépatiques mentionnées pour la dition. Pour plusieurs indications douteuses l'auteur a cherché les échantillons correspondants et certains se sont révélées étre des déterminations erronées. Des révisions modernes n'existent que pour quelques genres. Il fallait donc encore étudier un grand nombre de types. Or, le catalogue retient 379 espèces, appartenant à 82 genres de Jungermanniales, 28 (8) de Metzgeriales,21 (9) de Marchantiales et 4 (4) d'Anthocerotes. Le nombre de synonymes pour lesquelles les sources sont toujours indiqués, n'a pas pu être compté. Les sources d'information sont citées pour chaque île. En cas de difficulté d'interprétation, des commentaires exhaustifs facilitent la compréhension. Les indications d'illustrations publiées constituent de précieuses informations. La partie substantielle de cette publication se trouve dans les 138 pages du catalogue, enrichie de quelques 500 références bibliographiques. Un nouveau genre est décrit: Metalejeunea Grolle, qui se distingue de Microlejeunea par les innovations pycnolejeunéoides. Sept nouvelles combinaisons sont faites, ainsi que 39 nouvelles synonymies et 14 nouvelles lectotypifications. La partie générale se restreint au strict nécessaire avec une brève introduction, la présentation de l'arrangement taxonomique des genres et six notes sur les genres Lophocolea/Chiloscyphus, Plagiochila, Lejeunea/Rectolejeunea, Metalejeunea et Archi-Lejeunea/Archilejeunea. En ce qui concerne ce dernier, la description de Archi-Lejeunea erronea est à considérer comme descriptio generico-specifica, son échantillon type fragmentaire et appauvri constituant le type du genre! Il ne représente pas Leucelejeunea rotudifolia comme suggéré par Grolle, mais L. clypeata (Cryptogamie, Bryol. Lichénol. 18: 180, 1997). En tous les cas, la conservation du nom Archilejeunea avec un autre type doit être proposée. Le volume 50 de la Bryophytorum Bibliotheca se présente de façon comparable. Une introduction succincte, quelques petites explications pour le lecteur et la liste de trois nouvelles synonymies et de trois noms pour lesquels les auteurs n'ont pas voulu faire une combinaison nouvelle se réservant de mieux étudier la taxonomie des genres respectifs. Ce catalogue énumère quelques 2228 noms d'hopatiques et d'anthocerotes. Les auteurs ont accepté 745 taxa dans 127 genres. Ce livre couvre une région beaucoup plus étendue que celle des Iles est-africaines et bien plus diversifiée en milieux. Le nombre élevé d'espèces reflète cette richesse. L'ordre des Sphaerocarpales, typiques des régions continentales chaudes, manque sur les îles de l'océan indien. La présence de familles des régions froides, telles que Antheliaceae, Gymnomitriaceae ou Scapaniaceae se limite sur les hauts sommets du continent. Le sol africain abrite 110 espèces de Marchantiales, caractéristiques des milieux secs et désertiques, contre seulement 21 sur les îles. La parution si rapprochée de ces deux catalogues de qualité similaire a permis de comparer le cortège floristique des trois régions séparées. Il semble qu'il y a beaucoup moins d'endémismes en Afrique australe pour les bryophytes que pour les plantes à fleur. Ce phénomène peut étre attribué soit aux éléments Gondwaniens apparentés aux espèces de Patagonie ou de Nouvelle-Zélande, soit au fait que certains groupes n'ont pas fait l'objet d'une révision récente. Quelques sondages m'ont montré qu'une grande partie des espèces se trouve dans les trois régions. Quatre espèces de Marchantia sont connus d'Afrique et des îles, alors que [?] M. globosa est une endémique de Réunion et M. pappeana présente dans les régions tempérées à tropicales de l'hémisphère sud a été récoltée en Afrique du Sud. Les genres épiphylles paraissent très diversifiés.25 espèces de Cololejeunea sont communes au continent et aux îles africaines, 32 sont restreintes au continent, 34 aux Iles, tandis que pour le genre voisin Aphanolejeunea seules deux espèces sont répertoriées des Comores et de Madagascar, alors que 7 autres espèces se trouvent sur le continent. Les échantillons type des espèces de Cololejeunea récemment décrites étant d'accès difficile, il n'a pas été possible aux auteurs d'obtenir une vue d'ensemble cohérente. La présentation typographique de ces deux livres est très agréable, le nombre de fautes de frappe minimal ('RÈU' au lieu de 'RÉU' ou 'REU' tout court comme abréviation pour "Réunion"; "Wiggelsworth" comme nom d'auteur sur la p. 218 du vol.50 au lieu de "Wigglesworth", correctement indiqué pour les références). Les références bibliographiques à la fin donnent les titres des périodiques en entier, alors que les abréviations pour les références des citations de protologues suivent plutôt B-P-H et TL-2 dans le vol. 48, la World List of Scientific Periodicals dans le vol. 50. Une standardisation aurait pu être envisagée. On cherche en vain un résumé et une carte plus détaillée dans le vol. 48. Dans les deux volumes, le lecteur aurait peut-être encore apprécié des indications sur la répartition globale des espèces retenues. Mais ces quelques remarques n'enlèvent rien à la qualité et la très grande valeur de ces deux ouvrages. Il est désormais possible de savoir pour quels groupes des révisions sont à entreprendre en priorité et quelles sont les lacunes bryofloristiques de ces régions. Patricia Geissler Compte rendu: Candollea 53, 1998

Contents top ↑


Introduction 5
Taxonomic arrangement of the genera 11
appended with six notes on genera
1) On Lophocolea/Chiloscyphus 14
2) On Plagiochila 15
3) On Lejeunea / Rectolejeunea 16
4) On Metalejeunea gen. nov 17
5) On Microlejeunea 17
6) On Archi-Lejeunea /Archilejeunea 18
Alphabethical list of the species 21
1) Abbreviations 21
2) Species list with synomymy, records in the treated area and data
on illustrations 21
Dubia and Excludenda 140
Literature 160
List of new names 177
List of new synonymies 177
List of new lectotypifications 178